Produire l’oxygène sur site : la réponse autonome aux besoins accrus en oxygène

Le traitement de l’insuffisance respiratoire aigüe provoquée par les cas graves de Covid-19 passe par la ventilation : il s’agit d’oxygéner le patient via un masque ou en ayant recours à un ventilateur, alimenté dans les deux cas par une source d’oxygène médical. En période d’épidémie de coronavirus, la disponibilité de l’oxygène médical à l’hôpital en quantité suffisante est donc critique.


En quoi la production d’oxygène sur site peut-elle apporter une réponse efficace à l’augmentation des besoins en oxygène à laquelle nos hôpitaux font face ?


Lorsqu’un hôpital s’équipe d’un générateur d’oxygène, il devient son propre fournisseur d’oxygène : l’oxygène est produit sur site, à la demande, à partir de l’air ambiant. L’hôpital devient ainsi autonome : il n’a plus recours à des livraisons d’oxygène en vrac ou en bouteilles, et n’est plus dépendant de la capacité de son fournisseur à le livrer.


Des milliers d’hôpitaux dans le monde ont déjà recours aux générateurs d’oxygène médical. Cette autonomie est aujourd’hui à la portée de tous les établissements de santé de France. Les générateurs d’oxygène sont des dispositifs médicaux, et l’oxygène médical qu’ils produisent est inscrit à la Pharmacopée européenne.


Un générateur d’oxygène en sources primaire et secondaire : une réserve d’oxygène en cas de besoins accrus.


La capacité de production d’un générateur est dimensionnée selon les besoins spécifiques de chaque hôpital. Pour les hôpitaux avec blocs opératoires et/ou soins intensifs, les générateurs sont doublés de manière à disposer d’une capacité double par rapport au besoin nominal. Une réserve d’oxygène précieuse en cas d’accroissement anormal des besoins, tel que nous pouvons le vivre aujourd’hui.

 

Ci-contre et ci-dessous : cabine installée à l’Hôpital de Bayeux en Normandie, équipée de 2 générateurs d’oxygène médical et d’un système de remplissage de bouteilles haute pression